18.1 C
Paris
mercredi, juillet 17, 2024

Marc Muret | Le Bassin d’Arcachon, une géographie à part

AccueilEntrepriseMarc Muret | Le Bassin d’Arcachon, une géographie à part
Le Bassin d’Arcachon tient aujourd’hui sa notoriété à des films comme Les petits mouchoirs de Guillaume Canet ou la série « Camping » avec Franck Dubosc. Avant de devenir un lieu de villégiature et de carte postale, c’est d’abord un site maritime et géomorphologique unique, une singularité géologique évolutive à travers le temps, berceau d’une biodiversité à la fois maritime et terrestre exceptionnelle. La baie d’Arcachon est en effet un ensemble lagunaire représentant un total de 150 km² et un pourtour de côte intérieur de plus de 100 km. Cette lagune ouverte à l’Océan Atlantique par un détroit constituant l’entrée du bassin se remplie à chaque marée, deux fois par jour de plusieurs millions de m² d’eau.

Marc Muret : « Le Bassin est le vestige d’un ancien delta »

Cette baie constitue une anomalie sur les 250km de rivage dunaire parfaitement linéaire allant du pays basque à la pointe des graves. En réalité, à l’identique des lacs de Lacanau ou Cazaux, le Bassin d’Arcachon s’est formé à la base d’un ancien delta. En effet en l’absence de relief, sur des terres basses à majorité constituées de sable et d’alluvions, l’écoulement à la mer prenait plusieurs voies d’eau en s’élargissant progressivement tel un delta. Le bassin est ainsi le successeur du delta de la Leyre, dernier fleuve actif se déversant dans la bassin. Avec le temps et l’évolution du relief dunaire, le bassin pourrait bien un jour se refermer. C’est le cas depuis des centaines d’années des autres lacs de Gironde et des Landes qui étaient eux aussi d’anciens deltas qui se sont lentement refermé sur eux même formant à présent de vastes réserves d’eau douce séparées de l’Océan par un cordon dunaire.
un autre article pour vous :   ByteDance : une stratégie d'adaptation pour conquérir l'audience mondiale

Marc Muret  : Et les hommes dans tout ça ?

En dépit d’un paysage hostile et inhospitalier de dune et de tempête de sable, de terres peu fertiles, on retrouve des peuplement depuis la préhistoire. Exploitation du sel, poterie, plus tard des tuiles ont occupé les premiers boïens. Régulièrement des traces d’activités humaine préhistoriques sont mises à jour notamment à la faveur des déplacements de la dune du Pilat qui découvre régulièrement des artefacts. De la période romaine il ne reste que quelques vestiges sur Andernos avec les bases d’une magnifique Villa sur le site de Saint Eloi. Mais de la période médiévale bien qu’on connaisse beaucoup de récit sur le Captalat de Buch, l’absence d’édification en pierre ne nous a transmis aucun vestige tangible de cette époque de l’histoire.

Marc Muret : Quel est le plus bel endroit du bassin d’Arcachon ?

Pour Marc Muret, plusieurs sites se disputent entre le banc d’Arguin et l’île aux oiseaux, lieux d’affluence des touristes à la belle saison. Mais à mes yeux, l’endroit le plus merveilleux c’est certainement le Mimbeau. Situé en parallèle de la presqu’ile du Cap-Ferret, le Mimbeau est une langue de sable avec très peu de végétation, placé entre deux bras de mer. C’est un endroit hors du temps dons la situation est sans égal et c’est aussi un peu confidentiel… Le dessin formé par cette flèche de sable est appelé « Conche ». La Conche du Mimbeau est en quelque sorte un mini bassin dans le bassin.

Marc Muret  : Comment se déplacer dans le bassin d’Arcachon ?

Depuis l’arrivée du chemin de fer par les frères Perreire au 19eme, les moyens de communication avec le bassin se sont largement développés. Un réseau dense de pistes cyclables permet aujourd’hui de faire le tour complet de la baie, complété par une traversée du détroit en bateau. Le réseau de bus est particulièrement dense sur le sud bassin un peu moins fourni sur les communes du nord.
un autre article pour vous :   Entreprise : Conseils pour recruter les meilleurs talents

Marc Muret  : Quelle est la spécialité du Bassin d’Arcachon selon Marc Muret ?

La grande spécialité historique du bassin est sa production ostréicole. Le site de la Lagune se prête particulièrement bien à l’élevage des huitres. En effet la température des eaux en été est très propice à la ponte des huitres appelé naissain. Ce qui fait de la baie d’Arcachon la principale pouponnière d’huitre de l’hexagone. Le Bassin est aujourd’hui tiraillé entre un appétit de notoriété et de reconnaissance et une volonté de préserver ses espaces en restant à l’abri du tourisme de masse peu compatible avec la fragilité des milieux. En savoir plus sur Marc Muret
Michel
Actualités
- Advertisement -tarifs articles sponsorisés
Actualités liées